Douleurs : quelles formes galéniques privilégier ?

Valérie Piguet Valérie Piguet le 5 décembre 2017

Dans votre armoire à pharmacie se trouve le médicament prescrit par votre médecin contre vos douleurs chroniques à prendre une fois par jour. Votre médecin vous a aussi prescrit d’autres antalgiques, à prendre en réserve contre les accès douloureux.

Vous vous demandez quelle est la différence entre ces comprimés ?

variety of pills

Les médicaments existent sous différentes formes galéniques. La forme galénique désigne l’aspect d’un médicament (comprimé, sirop, suppositoire) et le type d’absorption (rapide ou lente). La forme galénique est choisie en fonction du mode d’administration (orale, rectale, intraveineuse…) et influence la vitesse d’action du médicament. Selon sa forme galénique, le médicament à libération standard sera utilisé pour traiter une douleur aiguë et le médicament à libération lente pour traiter une douleur chronique.

Ce billet a pour mission de vous présenter les différentes formes galéniques orales que peuvent revêtir les comprimés ainsi que leur utilité.

Forme à libération standard
  • Comprimés : ils sont fabriqués par compression d’un mélange de poudre constituée du principe actif (=molécule active du médicament) Collection of colorful pillset d’excipients (qui donnent de la consistance aux comprimés). Les comprimés se désagrègent (= se décomposent) dans l’estomac en moins de 15 minutes et agissent rapidement, en général dès 30-45 minutes. Dans cette catégorie on trouve, par exemple, la grande majorité des préparations de paracétamol et d’anti-inflammatoires comme l’ibuprofène.
  • Comprimés effervescents : ils se désagrègent dans l’eau en produisant un dégagement gazeux. Glass with efervescent tablet in water isolated on whiteIls sont surtout utiles pour les personnes qui ont des difficultés pour avaler les comprimés entiers. On retrouve dans cette catégorie plusieurs préparations de paracétamol et d’anti-inflammatoires comme le diclofénac.
  • Comprimés oro-dispersibles : à placer sur la langue, ils se désagrègent en quelques secondes dans la bouche et conviennent aux personnes qui ont des difficultés de déglutition. On retrouve, par exemple, dans cette catégorie des préparations de paracétamol.
  • Comprimés sublinguaux : à placer sous la langue, ils permettent d’éviter le passage par le foie qui peut parfois détruire le médicament cp sublingualavant qu’il ne puisse agir. Ils agissent rapidement. Par exemple des préparations de buprénorphine ou fentanyl. Les préparations de fentanyl peuvent aussi être placés entre la gencive et la joue.

Ces quatre formes galéniques sont en principe utilisées pour un soulagement rapide des douleurs et leur effet dure quelques heures. On les emploie plus fréquemment pour traiter les douleurs aigues comme par exemple le mal de tête, une douleur engendrée par une extraction dentaire ou un accès de douleur aigue lors de douleurs chroniques ou cancéreuses.

Forme à libération retard

Le comprimé retard met plus de temps pour agir qu’un comprimé à libération standard, ainsi il n’est pas utile pour traiter un accès aigu de douleur. Son grand avantage est sa longue durée d’action qui permet de diminuer le nombre de prises par jour.
Vous aurez plus d’information à ce sujet sur le billet suivant : « Analgésique retard attention contrôle de vitesse »

Quel que soit le type de douleur dont vous souffrez, si son intensité est plus importante que d’habitude ou si nouvelles douleurs apparaissent : parlez-en avec votre pharmacien ou votre médecin et ne cherchez pas à initier ou adapter un traitement de votre propre chef.

Que retenir ?

Pour une douleur aiguë les comprimés à libération standard sont à privilégier, sauf contre-indication
Pour une douleur chronique, les comprimés retard sont une bonne alternative.

 

 

Billet rédigé par Mme S. Spasojevic
Billet relu par Dre.L. Gschwind et Dre V. Piguet
Aucun conflit d’intérêt n’est rapporté par l’auteur et relecteurs.

Référence
Formes galéniques spéciales : pharmacie des HUG http://pharmacie.hug-ge.ch/infomedic/cappinfo/cappinfo36.pdf

Partagez cet article

Valérie Piguet

Publié par Valérie Piguet

Médecin adjoint dans le service de pharmacologie et toxicologie cliniques des Hôpitaux Universitaires de Genève. Médecin responsable de la consultation ambulatoire d'évaluation et de traitement de la douleur.

2 commentaires

  1. Bonjour, je ne connaissais pas les formes galéniques pour soulager la douleur. Merci c’était instructif !

    Répondre

  2. Vos articles sont très instructifs,

    merci de nous transmettre toutes ces informations

    Répondre

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *