Demain, j’arrête tranquillement le tramadol

Valérie Piguet Valérie Piguet le 1 juillet 2019

De nombreux témoignages envoyés sur ce blog indiquent combien il est parfois difficile de stopper le tramadol.
Vous écrivez :
«Je me suis sevré du tramadol de manière brusque, tout seul, depuis j’ai perdu la tranquillité de mon corps»
«Dès que j’arrête, je me sens tout de suite mal : j’ai très mal à l’estomac, je ne peux plus manger et je ne dors plus»
«J’ai voulu arrêter mais les symptômes de sevrage étaient forts : insomnie, courbatures, j’ai mal partout»
«La nuit c’est la catastrophe, on dirait que je suis devenu fou»

Qu’est-ce que le tramadol ?

Le tramadol est un antalgique classé dans la catégorie des opioïdes faibles.
Faible pourquoi ?
Parce qu’il se lie moins fortement aux récepteurs opioïdergiques que la morphine et d’autres dérivés de la morphine appelés opioïdes forts.

Particularités du tramadol
Le tramadol possède une action que ne partage pas la majorité des opioïdes forts, il agit aussi comme un antidépresseur activant les voies modulant la douleur (action monoaminergique).
Le tramadol est transformé dans le foie par certaines enzymes dont l’activité varie en fonction de la génétique de chacun. Ces enzymes transforment la molécule mère de tramadol en molécules filles dont une présente une action opioïdergique (comme la morphine) plus élevée que la molécule mère. La grande majorité des personnes présentent une activité des enzymes dans la norme, mais certaines personnes présentent une activité ralentie voire absente ou au contraire d’autres personnes une trop grande activité de ces enzymes.

Alors prenons deux exemples des effets du sevrage du tramadol selon l’activité des enzymes
– Les enzymes sont génétiquement trop actives: la personne ressentira des symptômes de sevrage similaires à ceux d’un sevrage d’un médicament à base de morphine (en vert dans le tableau ci-dessous)
– Les enzymes sont génétiquement peu ou pas actives: la personne ressentira des symptômes de sevrage similaires à ceux d’un sevrage d’un antidépresseur (en bleu dans le tableau ci-dessous)

Donc chacun-e réagira différemment à l’arrêt du tramadol, inutile de vous comparer à votre voisin ou voisine.

5 conseils pour vous aider à stopper le tramadol

On peut très bien arrêter le tramadol, à condition de respecter certaines règles pour éviter un syndrome de sevrage.

  1. Ne stoppez pas le tramadol tout seul, faites-le avec l’aide de votre médecin. En effet, comme il n’y a pas un seul schéma de diminution valable pour tout le monde, il est nécessaire d’adapter individuellement le sevrage.
  2. Évitez de stopper le tramadol dans une période de stress (deuil, examen, déménagement…).


3. Tenez compte de la durée pendant laquelle vous avez pris le tramadol. Le temps nécessaire pour le stopper sera d’autant long que vous le prenez depuis longtemps. Soyez patient-e.

 

4. Ne stoppez pas le tramadol d’un seul coup, mais diminuez progressivement les doses par paliers décidés avec votre médecin en fonction de votre tolérance. Plus on arrive vers la fin du sevrage, plus les paliers doivent être longs.

5. En cas de survenue de signes de sevrage (voir tableau ci-dessus), avertissez votre médecin pour décider avec lui ou elle de remonter au palier précédent ou ralentir le sevrage.

Une fois le tramadol stoppé, récompensez-vous

 

Billet rédigé par Dre V. Piguet

Billet relu par Prof J. Desmeules et Mme S. Soumaille
Aucun conflit d’intérêt n’est rapporté par l’auteur et relecteurs.

Références :
Les douleurs chroniques et rebelles. Suzy Soumaille et Valérie Piguet. Editions Planète Santé.
Pharmacogénétique. Sciences naturelles Suisse.
La morphine. Réseau Douleur des HUG

Ce contenu vous a-t-il été utile ?

Partagez cet article

Valérie Piguet

Publié par Valérie Piguet

Médecin adjoint dans le service de pharmacologie et toxicologie cliniques des Hôpitaux Universitaires de Genève. Médecin responsable de la consultation ambulatoire d'évaluation et de traitement de la douleur.

2 commentaires

  1. Avatar
    Jean Claude WEILL 1 juillet 2019 à 17 h 50 min

    Merci beaucoup pour les renseignements que vous donnez et pour les conseils que vous prodiguez.

    Vous faites un travail remarquable, d’autant plus utile qu’il est sûrement accessible au plus grand nombre de vos lectrices et de vos lecteurs.

    Merci encore.

    Jcw

    Répondre

    1. Valérie Piguet

      Cher Monsieur
      Un très grand merci pour votre commentaire élogieux. Il nous fait grand plaisir et nous motive à poursuivre car la satisfaction d’être utile est notre plus grande récompense.
      Un très bel été à tous les lecteurs et lectrices.

      Répondre

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *