Anti-inflammatoires, douleurs chroniques et coronavirus: que faire ?

Valérie Piguet Valérie Piguet le 26 mars 2020

Vous prenez depuis des semaines voire des mois des anti-inflammatoires contre vos douleurs chroniques.
Vous lisez dans la presse et sur Internet que les anti-inflammatoires pourraient aggraver la maladie provoquée par le coronavirus, appelé maintenant COVID-19 ou SARS-CoV-2.

Que sait-on au juste ?

A ce jour, 26 mars 2020, il y a peu de données fiables concernant les anti-inflammatoires et les infections au coronavirus.
Il n’y a pas de données entre la prise d’anti-inflammatoires lors de douleurs chroniques et une infection au coronavirus.

Les données dans la littérature scientifique

– Des études en laboratoire et chez les animaux ont montré que les anti-inflammatoires peuvent diminuer les défenses immunitaires.
– Lors d’infections d’autres origines que le COVID-19, des études ont montré une augmentation de la survenue de complication graves      lors de l’utilisation d’anti-inflammatoires.
– en France, des médecins ont observé une augmentation des complications graves liées au COVID-19 chez quelques patients qui ne
présentaient pas de facteur de risque (âge, maladies chroniques). Ils avaient pris des anti-inflammatoires sans ordonnance au début        de leur maladie.

A l’heure actuelle, il n’y a pas de consensus clair.
Même s’il n’existe actuellement pas de preuve établie d’un lien de causalité entre la prise d’anti-inflammatoires et l’aggravation de la maladie liée au COVID-19,
par précaution, il vaut mieux utiliser le paracétamol pour diminuer la fièvre, si vous ne présentez pas de contre-indication au paracétamol, comme une maladie du foie.
Le paracétamol agit sur la fièvre et les douleurs.
Cette règle de précaution ne concerne pas l’aspirine cardio

En cas de douleurs chroniques et une prise au long cours d’anti-inflammatoires:
que faire?

A. Si vous n’êtes pas malade (pas de toux, fièvre, difficulté à respirer)
– Poursuivez votre traitement habituel d’anti-inflammatoires, si le contrôle de vos douleurs en dépend.

B. Si vous présentez des signes d’infection (toux, fièvre et/ou difficulté à respirer),
– Appelez votre médecin pour décider ce qu’il faut faire dans votre situation.
– Si vous ne pouvez joindre votre médecin : pensez à suspendre l’anti-inflammatoire, si vos douleurs répondent, même très partiellement, au paracétamol. Prenez du paracétamol à la dose prescrite par votre médecin, ou selon les recommandations de votre pharmacien, sans dépasser 4g par jour.
– Dans tous les cas, ne prenez pas d’anti-inflammatoires sans ordonnance en plus de votre traitement habituel.
– Si vous prenez de la cortisone, appelez votre médecin, ne la stoppez pas brusquement c’est dangereux pour votre santé.

Et surtout protégez-vous et protégez les autres en suivant
la règle numéro 1 : RESTEZ CHEZ VOUS

Recommandations OFSP coronavirus

Si vous suivez ces règles : vous êtres formidables ! 

Billet rédigé par Dre V. Piguet

Billet relu par les Prof C. Cedraschi, J. Desmeules, C. Luthy
Aucun conflit d’intérêt n’est rapporté par l’auteur et relecteurs.

 

Références consultées le 26 mars 2020
OFSP : Nouveau coronavirus : questions fréquentes sur le nouveau coronavirus
HUG : Questions fréquentes.
EMEA : EMA gives advice on the use of non-steroidal anti-inflammatories for COVID-19 (en anglais)

Partagez cet article

Valérie Piguet

Publié par Valérie Piguet

Médecin consultante dans les services de pharmacologie et toxicologie cliniques et de médecine interne de réadaptation des Hôpitaux Universitaires de Genève. Médecin au centre Jean-Violette du traitement de la douleur, Genève

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *