Le médecin m’a prescrit un médicament contre la douleur sous forme de patch…

Avatar Virginia Mainardi le 26 janvier 2017

Pills as question. Medical concept.

Qu’est ce qu’un patch?

Le patch, appelé aussi timbre ou dispositif transdermique, que l’on retrouve parfois sous l’acronyme TTS, pour « Transdermal Therapeutic System » est un dispositif médical qui se colle sur la peau. Une fois collé, le patch va libérer de façon continue une dose précise du médicament qu’il contient.
Il se compose de plusieurs couches:

• une feuille de protection détachable,
• un adhésif qui le maintient sur la peau,
• une zone intermédiaire qui contient le médicament et contrôle sa libération,
• une couche protectrice externe, souvent imperméable.

Qu’est-ce qu’un patch contre la douleur (antalgique) ?

Le patch antalgique ou le timbre est un dispositif d’administration transdermique qui va libérer un agent agissant sur la douleur. Les agents que l’on retrouve dans ce type de patch sont des dérivés de morphine (appelé opioïdes) comme par exemple le fentanyl (Durogesic MATRIX® TTS) et la buprénorphine (Transtec®).
Le patch permet une libération régulière du médicament. Il permet une action prolongée de l’opioïde qu’il contient. Il permet de soulager sur la durée les douleurs persistantes modérées à sévères.

Comment un patch peut-il soulager la douleur ?

Le médicament libéré de manière passive peut agir par effet local (cas des anesthésiques locaux) ou par effet systémique (cas des opioïdes). Les substances contenues dans le patch sont capables de quitter celui-ci, de traverser la peau et de rejoindre la circulation sanguine qui va les conduire au système nerveux central, centre de modulation de la douleur. La douleur est ainsi soulagée dans tout le corps ce qui explique que le patch puisse être positionné à distance du site douloureux.

Où et comment appliquer un patch ?

Où ?

Le patch doit être collé :patch anti tabac femme

• sur une zone du corps où les mouvements ne provoquent pas de plis de la peau. De préférence, sur la partie supérieure du corps (torse, dos ou bras)
• sur une zone de préférence sans poils, au besoin coupez à l’aide de ciseaux. Ne rasez surtout pas pour éviter les micro-lésions !
• sur une peau propre, sèche, non irritée. Lavez préalablement uniquement avec de l’eau puis séchez en tamponnant à l’aide d’une serviette. Si vous avez pris un bain chaud ou vous êtes douché(e) à l’eau chaude, attendez que votre peau soit entièrement refroidie.

Comment ?

• Ouvrez le sachet individuel en déchirant le bord ou à l’aide de ciseaux en faisant attention de ne pas couper le patch.
• Sortez le patch.
• Détachez la feuille de protection à un coin et retirez celle-ci en évitant de toucher le côté adhésif du patch.
• Appliquez le patch sur la peau en appuyant fermement pendant 30 secondes.
• Veillez à ce que le patch soit bien collé. Au moment de la pose si vous voyez que le patch n’adhère pas de manière satisfaisante vous avez la possibilité de le fixer au moyen d’un pansement de type Micropore®, Tegaderm® ou Opsite®.
• Notez la date, l’heure, le dosage et le lieu de la pose du patch dans un carnet de suivi*.
*Une brochure contenant un carnet de suivi peut être téléchargée en cliquant sur la brochure: Comment utiliser les patchs contre la douleur?

Retrouvez-nous sur Twitter: https://twitter.com/AAntalgiques

Références
Cappinfo n°18, avril 2002, Systèmes transdermiques (ou patchs)
Pharmajournal 2016, n°2, Patch de fentanyl : éviter le savon, p.13
Swissmedic 
Comment utiliser les patchs contre la douleur ? Brochure destinée aux patients. HUG,
Informations importantes à connaître sur les dispositifs transdermiques (patchs), Questions/Réponses pour les professionnels de santé

Billet rédigé  par Mme V. Vallet dans le cadre de son stage en pharmacie hospitalière
Billet relu par Dre V. Piguet, Dre L. Gschwind, Mme V. Mainardi, Mme A-S. Marque
Aucun conflit d’intérêt n’est rapporté par les auteurs et relecteurs.

Ce contenu vous a-t-il été utile ?

Partagez cet article

Avatar

Publié par Virginia Mainardi

4 commentaires

  1. Avatar
    voisin marilyne 3 avril 2019 à 13 h 40 min

    bonjour je suis en traitement avec Fentanyl depuis une intervention très douloureuse ,je n’ai pas de complications particulière . ayant des problèmes d’Estomac et d’allergies ce médicament me soulage bien ,je voudrais savoir les cotres indications et les effets positifs possible ,

    Répondre

    1. Valérie Piguet
      Valérie Piguet 29 mai 2019 à 12 h 50 min

      Merci pour vos questions qui nous permettrons d’écrire un billet pour y répondre plus en détail.

      Répondre

  2. Avatar

    Bonjour,

    Les Patchs contre la douleur contenant des dérivés de morphine sont ils moin nocif que les comprimés ou les gouttes de dériver de morphine??
    merci de votre réponse

    salutations Guy Vouilloz

    Répondre

    1. Valérie Piguet

      Merci beaucoup de votre question qui soulève un problème important dont nous retiendrons le thème pour un futur billet.
      Pour vous donner déjà une réponse :
      Ce sont les propriétés chimiques des dérivés de la morphine qui déterminent le choix de leur mode d’administration : on peut administrer par patch les dérivés qui sont de petites molécules qui traversent facilement la peau. Ainsi ces dérivés peuvent aller dans le sang et être transportés dans le système nerveux où ils agissent contre les douleurs. La buprénorphine et le fentanyl, les deux dérivés contenus dans les patchs actuellement disponibles en Suisse, répondent à ces critères. Par contre, la morphine par exemple, est une plus grosse molécule qui traverse peu ou pas la peau, alors on ne peut pas l’administrer en patch, car elle ne serait pas absorbée et n’atteindrait pas le système nerveux.
      La différence entre les patchs, les comprimés et les gouttes est la rapidité de leurs effets lors de la première prise. Par exemple lors de la première prise d’un patch de buprénorphine les effets antalgiques et les effets indésirables surviennent environ 12h après la pose alors qu’ils surviennent environ 45 minutes après la prise d’un comprimé sublingual.
      Pour autant que les règles d’utilisation soient respectées, la toxicité des opioïdes ne dépend pas de leur mode d’administration (patch, comprimé ou goutte), mais de leur dose (=nombre de milligrammes consommés par jour). Ainsi lorsque l’on reçoit la même dose d’un opioïde, sa forme en comprimé ne va pas être plus nocive que sa forme par patch.

      Répondre

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *